/medias/image/11499022125b3dfd854c2e5.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Le Bitcoin pour les nuls : 3 questions à Adli Takkal Bataille

Interview

-

03/01/2018

 

Rencontré au dernier Bordeaux Fintech, Adli Takkal Bataille est passionné de technologie. En parallèle de son master de recherche en sciences des langages, il entreprend en freelance dans le numérique et le multimédia. Il compte parmi les pionniers du Bitcoin et des blockchains en France. Dédié à ce sujet, son site internet, Le Coin Coin fait référence. Quand il n’anime pas des meetups et des conférences, il fait du conseil et préside le Cercle du Coin . C’est donc un jeune homme fort occupé que FinTech Mag a rencontré.



La blockchain va-t-elle révolutionner la finance et pourquoi ?


De quoi parle-t-on ? Parler de blockchain au singulier n’est pas possible. Chaque blockchain est dépendante de son protocole et des technologies utilisées par celui-ci. Pour ma part, c’est avec Bitcoin que je suis le plus familier. Et de mon point de vue, Bitcoin révolutionne la finance sur plusieurs points. D’abord, c’est une monnaie décentralisée, c’est-à-dire sans autorité centrale, ce qui tranche avec la norme en matière de création monétaire. Bitcoin est incensurable, anonyme, fluide, c’est-à-dire rapide et peu coûteuse. Sa dimension internationale et son protocole la rendent interopérable. Elle est de surcroît transparente et non-fongible car il est possible d’identifier et de tracer à tout moment un bitcoin. Elle est aussi programmable, dans le sens où on peut y associer des contrats auto-exécutants (NDLR : les « smart contracts »). Toutes ces caractéristiques sont propres à Bitcoin mais peuvent aussi être partagées par d’autres blockchains. Monero, par exemple, est identique en tout point, excepté pour l’anonymat et la transparence.

Annonce-t-elle la fin des tiers de confiance dans les échanges de valeur ? En clair, les transactions blockchain bitcoin peuvent-elles remplacer les banques ?


Personnellement je ne pense pas que les tiers disparaitront, cependant ils vont être libéralisés. N’importe qui peut mettre en place un service Bitcoin, donc la concurrence va être accrue et les monopoles plus difficiles à maintenir sans bonne raison de la part des prestataires. Il y aura toujours des banquiers, c’est seulement le rôle de banque de dépôt et d’opérateur de paiement que Bitcoin remplace. Les banques gardent leurs prérogatives, qu’ils pourront pleinement exercer. De plus le facteur confiance incitera les plus réticents à passer par un tiers de confiance.

Pour résumer Bitcoin remplace partiellement les banques, en un mot, il les « libéralise », mais rien ne dit que les utilisateurs s’en affranchiront pour autant. Bitcoin, comme d’autres blockchains, amène la possibilité d’un choix.

TheDAO, Gatecoin… Les blockchains sont réputées inviolables et pourtant, certaines se retrouvent hackées. Sont-elles si sûres qu’on le prétend ?


Les blockchains sont inviolables. Lorsque l’on parle de TheDAO ou de Gatecoin, ce ne sont pas les protocoles qui sont mis en jeu. Dans le cas de la DAO, c’est le smart contract associé à la chaîne qui a été exploité. Il n’y a pas eu de hack, juste une mauvaise formulation de contrat...


la suite sur le site de FintechMag

 

 

4055 vues Visites

2 J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interview

Les Echos Start - Témoignage de Yannick Kerléguer responsable du Club V.I.E Portugal

VL

Valentine Lesur

29 mai

Interview

LE JOURNAL L'ETUDIANT INTERROGE LES V.I.E

User profile picture

Animateur V I E

26 octobre

Interview

Wandrille présente le Club V.I.E sur RFI !

User profile picture

Animateur V I E

17 octobre